Personnel infirmier : la revalorisation du travail de nos héros les pousse à la grève

Le ministre Vandenbroucke poursuit l’application de la nouvelle classification de fonctions du personnel hospitalier initiée par sa prédécesseure Maggie De Block, en accord avec les syndicats. Résultat : une grève du personnel infirmier des soins intensifs et des urgences de l’Hôpital Erasme.

Cette classification, inventée par Maggie De Block, est entrée en vigueur dans les cliniques privées en 2018 et devait l’être en 2022 pour les hôpitaux publics. L’idée derrière cette classification est de payer le personnel, non plus en fonction du diplôme, mais sur base de la fonction occupée. Les promoteurs de la réforme affirment que « ce nouveau modèle salarial permet une meilleure rémunération pour ceux qui sont nouvellement engagés ». Mais pour les plus diplômés avec de l’expérience, ce nouveau modèle se traduit par une perte de rémunérations. Une infirmière en chef du service d’urgence a fait ses comptes : entre 390€ et 450€ en moins par mois jusqu’à la fin de sa carrière.

Au cabinet du ministre, on se défend en rappelant que le personnel en poste a le choix : accepter le système IFIC ou rester dans l’ancien système et que 600Mio€ ont été dégagés pour revaloriser la profession et 400Mio€ pour engager du personnel.

Yves Hellendorff, secrétaire national Non Marchand (CNE) : « dire qu’ils vont perdre de l’argent à travers la nouvelle grille barémique, c’est faux : chaque travailleur a le choix de rentrer ou non dans le nouveau dispositif ».

source: https://www.rtbf.be/info/societe/detail_des-infirmieres-specialisees-s-inquietent-du-nouveau-modele-salarial-et-nos-competences?id=10777671

Résultat : une grève et « à Érasme, un service minimum sera assuré. La police est venue réquisitionner les infirmiers grévistes pour qu’ils aillent travailler cette semaine. » (source : https://www.rtbf.be/info/regions/detail_manque-de-consideration-le-personnel-infirmier-des-soins-intensifs-et-des-urgences-de-l-hopital-erasme-part-en-greve?id=10777665)

L’info n’est pas très claire, reconnaissons-le, mais si on comprend bien, avec l’IFIC, le ministre et les syndicats affirment que le personnel gagnera plus en début de carrière mais le personnel en place constate une baisse de sa rémunération avec le nouveau système. Est-ce à dire que les anciens vont payer pour les nouveaux ? C’est cela ce que le gouvernement appelle « revaloriser le métier » ?

Et les syndicats défendent la réforme. Quant à la réaction du responsable CNE, Yves Hellendorff, cela ressemble furieusement à un aveu ! Non ! Vous ne perdrez pas d’argent. Il vous suffit de ne pas rentrer dans le système ! Après ça, ils vont encore se demander pourquoi ils perdent des affiliés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *